L'addiction un processus sournois

L’addiction s’installe sournoisement tandis que l’on expĂ©rimente une dĂ©charge de plaisir qui adoucit Ă  une certain moment un quotidien pĂ©nible voire douloureux.  La personne recherche les mĂŞmes effets que l’expĂ©rience originale, donc elle va rĂ©pĂ©ter son comportement de consommation ou de jeu. Puis elle va focaliser de plus en plus sur la recherche de moyens pour reproduire ce comportement. Elle va nĂ©gliger des comportements alternatifs et entrer dans l’automatisation. Le plaisir n’est plus la source de motivation de dĂ©part. Le circuit d’apprentissage s’emballe. L’effet de tolĂ©rance se met en place et il faudra augmenter les doses ou la frĂ©quence d’un comportement, pour tenter d’obtenir les mĂŞmes effets, … en vain. Car, l’addiction prend le pouvoir: la perte de contrĂ´le est lĂ . L’individu perd le contrĂ´le de son comportement et ses dĂ©cisions. Il est pris par une automatisation de ses comportements dès qu’il est en contact avec les stimuli. Il associe sa consommation avec ses autres habitudes inconscientes et perd petit Ă  petit son pouvoir de dĂ©cision. 

Ce petit court mĂ©trage très visuel rĂ©alisĂ© par l’Allemand Andreas Hykade (relayĂ© par Dangerous Min) est explicite et très bien conçu pour parler simplement du processus d’addiction.